Au delà des baobabs... et des vaches sacrées

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 26 août 2009

Sur la plage de Saint-Louis

Entre quiétude et inquiétude…

Tout un monde peuple la plage de Saint-Louis : oiseaux, crabes, coquillages, humains, …

Des oiseaux en meute qui courent à toute vitesse entre les vagues. Leurs petites pattes s’agitent si vite qu’on ne les voit plus. Des petits oiseaux gris, des boules de plumes toute sympathiques… Leur petit piaillement discret forme une mélodie apaisante. Des oiseaux qui semblent plus fait pour courir que pour voler. D’ailleurs lorsqu’ils volent, ils n’ont pas l’air à leur place alors que lorsqu’ils ont sur terre, ils sont comme des poissons dans l’eau. Poissons qui jonchent parfois le bord de la plage et qui se font manger par les oiseux et les crabes.

Des crabes par dizaine plus ou moins gros et agiles. Du coup, la plage est trouée de partout. Et attention où on met les pieds. Des crabes qui s’enfoncent dans le sable dès qu’on arrive ou que l’on fait mine de s’approcher. Des crabes aussi qui se font chahuter par les vagues lorsqu’ils sont trop proches de l’océan. Des crabes qui se retrouvent dans les toilettes quand on veut y aller et qui menacent nos orteils… Animaux qui grattent à notre porte dans la nuit et qui creusent un trou que l’on retrouve le matin en ouvrant la porte de sa case. Des crabes blancs, noirs, rouge suivant le spécimen.

Mais il y a aussi les coquillages cassés pour la plupart. Des énormes coquillages magnifiques mais qui ne sont jamais intacts pour le plus grand dépit de la toubab. Des petits coquillages aussi qui sont mis en collier que des vendeurs ambulants tentent de vendre aux touristes qui se promènent sur la plage. Las de cela, le touriste finit parfois par s’énerver surtout quand il vient d’être suivi pendant les trois quarts de sa promenade par un homme fou qui lui a proposé d’acheter ses « services » et qui malgré le refus catégorique et indigné continue à suivre le touriste et finit par le suivre nu. Heureusement sur cette plage assez déserte pour le plus grand malheur de la touriste dans ce cas, il y a quelques cabanes de fortunes et un petit vieux qui passe de l’antirouille sur son vélo et qui accepte que les deux touristes restent avec lui le temps de se débarrasser de ce fou inquiétant.

Mais malgré cette péripétie inquiétante sur le moment, plus amusante ensuite, la plage de Saint-Louis, qui comme toutes les plages du Sénégal (à part les privées et payantes) est jonchée de détritus, reste très agréable pour s’y promener de bon matin.

samedi 22 août 2009

Saint-Louis

Nous partons demain matin pour Saint-Louis jusqu'à mercredi donc pas de nouveaux billets d'ici là.

Sinon le ramadan a débuté aujourd'hui même si jusqu'au dernier moment, les Sénégalais ne savaient pas si ça commencait aujourd'hui ou demain. Pour le moment ça ne change rien au rythme de vie Dakarois. Il y a toujours de très fréquentes et interminables coupures de courant (la Senelec n'a pas d'argent pour acheter le carburant...), des fatayas le midi et des grèves de transport en commun. Il paraît que pour les grèves les Sénégalais valent les Français.