La Gérante et présidente de la caisse

Présidente : Amy Diarra
Gérante : Marie Bâ
Rue 24 X 35 Médina-Dakar
Tél.: (+221) 848 30 54, portable M. Bâ: (+221) 698 79 81
mec.medina@yahoo.fr


Naissance

La caisse de Médina a été créée fin 1991 et a reçu son premier financement le 17 juillet 1992. A cette époque le FED (Fonds Européen de Développement) avait entrepris l'assainissement du canal du quartier voisin « Gueule Tappée ». Hélas, ce projet, n’avait pu aboutir comme ses promoteurs l’espéraient. Simultanément, une enquête était menée auprès des populations locales des quartiers environnants concernant leurs conditions de vie. Les résultats de cette enquête dénoncèrent une pauvreté manifeste (pas d’eau courante et potable, d’électricité, d’égouts etc.). C'est dans ce contexte et suite à ces tristes constats, que l' association ENDA Graf (ex ENDA Chodak) aidée du PNUD, du FED et des femmes des 3 quartiers limitrophes de Médina : Colobane, Fass et Gueule tappée, a décidé de mettre en place une caisse d’épargne et de crédit. Celle-ci ayant pour but de permettre aux populations en difficulté d’augmenter leurs revenus afin d’améliorer leurs conditions de vie. Un accent spécifique étant mis sur le public des femmes.

Les débuts

La caisse s’installa dans le quartier populaire de la Médina. Elle débuta avec 180 membres. 11 groupements (allant de 2 à 32 personnes) et 11 particuliers. Le majorité des membres était de femmes de tous âges mais petit à petit la caisse s’est ouverte aux hommes (qui bénéficiaient déjà officieusement des crédits via leurs femmes, mères ou soeurs… ). La plupart des premiers membres se sont lancés dans des activités génératrices de revenus touchant les domaines de la restauration, de la teinture, de la transformation artisanale et autres. Le montant maximal des premiers crédits octroyés par personne était de 50.000 francs cfa. Les client(e)s ne versaient pas encore de part sociale, ni de frais d’adhésion, juste une caution parfois via la forme de « personne morale ». Chaque prêt et épargne était géré par la caisse grâce à un carnet de décaissement et encaissement ainsi qu’une fiche récapitulative journalière des opérations effectuées. Le personnel était composé d’une gérante et présidente de la caisse ainsi que des « élus » (membres du CA, du comité de crédit et du comité de contrôle).

Projets et réalisations

Trois années après la création de la caisse, cinq guichets ont été mis en place au sein de lieux de proximité pour permettre aux femmes commerçantes d’épargner plus facilement. Mais après deux ans d’existence ceux-ci fermèrent car leurs charges étaient supérieures à leurs produits. La faillite des guichets participera plus tard aux difficultés de rendement de la caisse. En plus de la mutuelle d’épargne et de crédit, la caisse tenta de mettre en place plusieurs autres projets. Une coopérative d’achat notamment dans les guichets. Les épargnantes pouvaient à plus bas prix et en payant à la fin du mois s’approvisionner en denrées alimentaires. La même chose fut mit en place pour les fournitures scolaires. Celles-ci devant être remboursées sur une période de trois mois. Ce projet s’éteignit avec la fermeture des guichets. Une mutuelle de santé fût également pensée mais faute de fonds et de personnel qualifié en connaissances « pharmaceutiques », le projet fût abandonné. Une mini agence d’intérim pour personnel de maison fût également tentée permettant aux femmes de ménage de trouver plus facilement du travail et de faire respecter leur droits.

Difficultés

Les difficultés rencontrées par la caisse sont multiples et ont conduit celle-ci, il y a quelques années, à un stade proche de la faillite. Aujourd’hui, elle se relève petit à petit mais beaucoup de difficultés persistent, telles que :
- Le problème de gestion. L’expérience négative des guichets est due en partie à des problèmes de gestion et parfois de détournements de fonds. L’octroi et le recouvrement des crédits ne sont pas assez contrôlés.
- Le recouvrement des prêts n’est pas toujours total par les membres emprunteurs car le projet pour lequel ils avaient été destinés (exemple commerce) a été détourné en dernière minute par les emprunteurs (exemple dépenses urgentes familiales).
- Le fait que les caisses avaient avant tout un but social ne rendait pas le contrôle et le recouvrement des prêts facile pour la gérante car celle-ci connaissant la situation financière difficile dans laquelle se trouvait beaucoup de ses membres, était souvent mal à l’aise lors de la réclamation des crédits impayés (et dans ce contexte hésitait à faire payer les pénalités de retard).
- Le niveau faible d’épargne des membres par rapport à la demande des crédits.
- Le disfonctionnement des organes (CA, comité de crédit et de contrôle) dû à une mauvaise gestion des ressources humaines.
- Le coût élevé des charges fixes: location bureau, notes électricité, eau et téléphone etc. (la caisse aimerait acquérir un terrain afin d’y bâtir ses propres bureaux).
- Le manque de personnel en nombre et en qualification au sein du personnel technique et des élus.
- Le problème de fonds reste inhérent malgré les divers partenaires qui ont soutenu la caisse.

Partenaires

Il y eu Enda Graf, le PNUD, le FED, NOVIB et le Crédit agricole français qui soutinrent la caisse à ses débuts. En 2001, Dyna-entreprise (USA) équipa la caisse en matériel informatique et dispensa des formations en comptabilité et gestion. Il y eu également le FONDS DE PROMOTION ECONOMIQUE DE L'ETAT SENEGLAIS (FPE) et le FONDS DE CONTREPARTIE SENEGALO-SUISSE qui octroyèrent via le réseau des lignes de crédits à la caisse. Et enfin VOLENS (Belgique) et Courants de femmes (France) qui à travers le réseau travaillent sur l’amélioration de la communication des caisses et de l’instance faîtière.

Perspectives

« Nous voudrions mobiliser une nouvelle fois toute la population des quartiers que nous couvrons ! » s’exclame vivement la gérante de la caisse de Médina. Cela permettra à des célébrités du quartier (joueurs de foot sénégalais habitants la Médina) ou des personnes de pouvoir (maires de Médina, Gueule Tappée…) d’aider la caisse à travers des dons et à ceux qui sont dans le besoin de connaître l’existence de la caisse et de ses services. « Il nous faudra aussi du COURAGE ! ». C’est la première solution que prône la gérante pour maintenir l’existence de la caisse. Malgré les difficultés que la caisse a connu ces dernières années, le fait de voir des membres réussirent à monter une affaire commerciale gagnante grâce à un petit crédit reçu de la caisse est très encourageant pour le personnel. Elle cite le cas d’un groupe de 4 personnes faisant du petit commerce au détail, de fruits et légumes, entre la Casamance et Dakar qui maintenant travaille avec des containers et ce même en dehors du Sénégal.

Chiffres

En 2005, la caisse de Médina possède :
-Sociétariat : 2410 membres
-Encours épargne : 511 118 845 CFA
-Volume de crédits : néant
-Encours de crédits : néant

Photos

La gérante: Mme Marie Bâ


Sympathisants de la caisse


Membres de la caisse